Le retour du… sommeil !

sommeil

Bon je ne voudrais pas crier victoire trop vite mais je pense qu’on est sur la bonne voie ! Comme vous avez dû le remarquer depuis quelques temps je suis assez absente du blog. Et pour cause, depuis des semaines et des semaines (une éternité quoi !) ma Poussinette avait du mal à dormir ! Que ce soit pour les siestes comme pour les nuits. Elle qui nous avait habitués à des nuits de douze heures et des longues siestes d’au moins deux heures matin et après-midi ça nous a fait bizarre. Mais depuis une semaine, tout commence à rentrer dans l’ordre et le sommeil paisible a l’air d’être de retour.

Alors bien sûr pour que son sommeil soit perturbé ainsi je pense qu’il y avait beaucoup de facteurs qui entraient en jeu. Mais je pense surtout a une raison que nous avons mis du temps à comprendre et qui pour moi résout tout le problème…

Les dents

Clairement je pense que ses poussées dentaires ont beaucoup joué sur son sommeil. Ses dents mettent du temps à sortir et elle souffre pendant de longues semaines avant qu’elles percent. A tel point qu’elle refuse de manger du solide pendant pas mal de temps à chaque fois. C’est très simple pour les dents du haut elle a commencé à être gênée et avoir la gencive gonflée début janvier et elles sont sorties… fin mars ! Voilà voilà ! Bon certes, deux en même temps mais quand même ça fait un peu long je trouve ! Croisons les doigts pour que les suivantes ne la fassent pas autant souffrir.

Une grande période d’apprentissage

Comme je le vous disait il y a quelques semaines sur Instagram, en seulement quelques jours ma Poussinette a appris à faire pleins de choses au niveau motricité et communication. Ramper, marcher à quatre pattes, se mettre debout, faire les marionnettes, bravo ou faire coucou… Que de progrès en si peu de temps ! Je pense que tout ces changements ont eu une influence sur son sommeil. C’est tellement merveilleux de se rendre compte de tout ce qu’on peut faire avec son corps et en même temps si impressionnant pour un petit bébé qui a encore tant besoin de ses parents. 

L’angoisse de la séparation

On me parle souvent de ce passage que connaissent beaucoup d’enfants entre 6 mois et 3 ans mais je n’arrive pas à savoir si ma fille est vraiment dedans. Quand je la couche elle n’a pas besoin de moi pour s’endormir, elle arrive à le faire seule. Cette semaine nous étions en vacances dans ma belle famille et pareil, elle n’a pas eu de mal pour s’endormir. Par contre elle refuse que quelqu’un d’autre que son père ou moi, ou quelqu’un qu’elle connait très bien comme sa tata (ma soeur), ne la prenne dans les bras. Quand on est pas chez nous elle pleure dès que l’on sort de son champ de vision mais à la maison tout se passe bien. Je pense surtout qu’elle a peur de l’inconnu.

Son RGO

Alors ça c’est la chose qu’on avait complètement oublié… Et je m’en veux un peu quand même de ne pas avoir compris plus vite. Elle a un rgo depuis la naissance mais c’est vrai qu’avec la diversification ça allait beaucoup mieux et elle n’avait plus l’air de trop en souffrir.

Les mauvaises nuits ont commencé fin janvier quand on s’est dit que son berceau cododo (qui était incliné) commençait â être dangereux pour elle vu qu’elle essayait de se mettre à quatre pattes dedans. On a donc pris la décision d’essayer de la faire dormir dans son lit dans sa chambre. Tout s’est bien passé pendant quelques jours puis elle a commencé à se réveiller le soir à chaque fois une heure après le coucher. Et impossible de la rendormir elle hurlait dès qu’on tentait de la reposer dans son lit. On n’a pas cherché plus loin, on s’est dit qu’elle n’était pas prête à dormir dans sa chambre, ce qui de vous à moi, nous arrangeait bien car nous n’étions pas prêts non plus.

On a donc mis son lit parapluie dans notre chambre. Et là pareil. Elle s’endormait très bien et une heure après le coucher elle se réveillait en hurlant et en transpiration. Bien souvent elle réclamait un biberon de lait. On se disait qu’elle avait faim car comme elle était aussi en période de poussées dentaires elle ne mangeait quasiment plus de solides. On pensait aussi qu’elle avait trop chaud donc on a essayé de la couvrir un peu moins pour dormir. Mais elle acceptait de se rendormir que quelques heures après et uniquement dans notre lit, collée à moi. Pour les siestes pareil elle ne dormait que 30 minutes à une heure grand maximum alors qu’elle avait toujours fait de très longues siestes avant.

On a passé des semaines et des semaines comme ça à ne pas comprendre ce qu’il se passait, à réfléchir, à douter et à se remettre en question. Avions-nous raté quelque chose par rapport à son « éducation » ? Etions-nous de mauvais parents car notre fille dormait avec nous alors que pour beaucoup de monde, encore aujourd’hui, il faut absolument apprendre à un bébé de quelques mois à dormir seul, quitte à le laisser hurler pendant des heures ?

Et puis cette semaine, alors que nous étions dans ma belle famille, je me connecte sur Wemoms (une application de partage et d’échanges entre mamans que j’adore) et je vois une maman qui explique qu’avec son rgo sa fille dort beaucoup mieux avec un plan incliné dans son lit. Et là j’ai eu une illumination. Comment a-t-on fait pour ne pas y penser plus tôt ? C’est exactement à partir du moment où on a rangé le berceau cododo, et de ce fait, arrêté de la faire dormir inclinée, que les nuits ont commencé à être chaotiques. 

On a donc décidé de mettre un oreiller sous son matelas pour le surélever au niveau du haut du corps. Et miracle ! Depuis lundi dernier elle refait des nuits de douze heures et des siestes de deux heures. Elle s’endort vers 20h-20h30 et ne se réveille plus une heure après ! On peut enfin profiter de belles soirées et hier soir on a même pu regarder trois épisodes de notre série favorite du moment sans interruption ! Ce matin j’ai pu prendre une douche tranquillement et vous écrire une bonne partie de cet article vu qu’elle a fait plus de deux heures de sieste.

Bon bien sûr je m’en veux de ne pas avoir compris plus tôt ce qu’elle essayait de nous dire. Mais en même temps je suis fière de nous car on a su gérer toute cette période selon nos convictions et nos choix d’éducation, le tout avec bienveillance (même s’il y a des soirs ou c’était vraiment très difficile).

Je vous souhaite une belle journée

Mélanie