En cette journée internationale des droits des femmes

Journée internationale des droits des femmes

Nous sommes le 8 mars ! Et c’est la journée internationale des droits des femmes. Et pour la première fois je vais passer cette journée seule, tranquillement, sans subir les remarques sexistes et déplacées de certains de mes chers collègues de travail. J’insiste bien sur le mot « certains » car heureusement tous les hommes ne sont pas misogynes et il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Mais parfois ils ne se rendent pas compte des remarques blessantes qu’ils peuvent faire à notre égard alors qu’ils ne tolèreraient pas un tel comportement avec leurs femmes. Et en principe le 8 mars est la journée portes ouvertes aux « blagues » (méchancetés gratuites) envers les femmes, alors qu’ils n’ont vraiment pas de quoi être jaloux !

Parce que oui, même encore en 2017, nous les femmes sommes sans arrêt jugées. Jugées sur notre manière de s’habiller, sur notre physique, sur nos choix de vie, sur nos carrières professionnelles. En plus de subir de nombreuses inégalités (oui oui on gagne encore 20% de moins que les hommes en moyenne, ça fait des années que j’entends ce chiffre et il ne baisse toujours pas !), de subir des harcèlements quotidiens dans la rue et les transports en communs, de subir des agressions sexuelles, des viols, ou encore des violences conjugales (en France une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint !)

Alors oui cette journée est importante, même si c’est tous les jours de l’année que l’on doit lutter contre ces inégalités. Et surtout toutes ces violences ne doivent pas être banalisées et dédramatisées en se servant de l’humour. Non la journée internationale des droits des femmes n’est pas une fête ! Non messieurs vous n’avez pas besoin de nous offrir des fleurs aujourd’hui. Et quand je vois le nombre de publicités que j’ai reçu dans ma boîte mail « -20% sur toute notre collection pour la journée de la femme » ça me désole.

Donc en cette journée si importante je voudrais crier haut et fort :

  • Que l’habit ne fait pas le moine. Et que notre tenue ne donne pas le droit aux hommes de nous juger ou de se permettre de nous draguer, harceler, insulter, agresser, violer…
  • Que personne n’a le droit de décider à notre place de ce que nous décidons de faire avec notre corps. Je parle bien sûr du droit à l’avortement, qui même s’il est un droit fondamental en France, semble souvent remis en cause et fragilisé. Et surtout ce n’est pas un droit acquis partout dans le monde. Rappelons que 47 000 femmes meurent chaque année des suites d’un avortement clandestin.
  • Qu’à travail égal nous devrions avoir le droit à un salaire égal.
  • Que nous faisons nos choix de vie et que personne n’a à nous juger. Chaque femme est libre de concilier vie de famille et vie professionnelle comme elle l’entend. Celle qui préfère reprendre le travail n’est pas une mère sans coeur qui abandonne ses enfants, et celle qui préfère rester à la maison pour s’occuper de ses enfants n’est pas une fainéante qui « profite bien de ses vacances ».
  • Que les remarques faites aux femmes enceintes sur leurs lieux de travail, du fait de leurs grossesses, ou la discrimination à l’embauche car nous sommes susceptibles de fonder une famille sont inadmissibles. Mais malheureusement encore beaucoup trop fréquentes.
  • Que la durée du congé maternité devrait être allongée, car 10 semaines pour se remettre d’une grossesse, d’un accouchement c’est quand même un peu court. Et surtout bébé est vraiment petit pour être confié à d’autres personnes que ses parents.
  • Mais également le congé paternité ! Car 11 jours c’est vraiment pas assez et le père a aussi un rôle important au sein de sa famille.
  • Que le congé parental devrait être rémunéré dignement, et ce dès le premier enfant, pour que ce soit un véritable choix pour chaque couple (et non pas en fonction de ses moyens financiers).
  • Que le sport féminin devrait être autant représenté que le sport masculin à la télévision (oui j’en ai marre de voir que des matchs de foot ou de rugby masculins sur les grandes chaines nationales). Et surtout sans remarques du commentateur sportif sur le physique des joueuses !

Je pense que j’oublie encore beaucoup de choses tellement les inégalités et les discriminations sont présentes et ancrées dans notre société. Mais continuons à nous battre pour tous ces droits qui devraient être acquis depuis longtemps. Et en pensant à notre avenir, pensons aussi à celui de nos filles !

A toutes les femmes, vous êtes toutes extraordinaires. Ne l’oubliez jamais !

Force et honneur !

Mélanie

PS : Je vous mets quelques liens vers le site 8mars.info qui donne des idées pour lutter contre le démarchage commercial ou les blagues beauf auxquelles on aura le droit aujourd’hui. J’adore leurs idées !

Pour épingler les machos distribuez vos points « blague de beauf » à chaque mauvaise plaisanterie sexiste !

Vous pouvez également dénoncer les récupérations commerciales en utilisant les hashtags #girlcott et #8marsFAIL sur Twitter.

Faites la grève à 15h40 : le monde.fr vous explique tout.

Pour retrouver toutes les manifestations ainsi que les débats proches de chez vous voici une carte des actions.